commentaires

Article de Bernard Mathieu paru dans la Dépèche du Midi le 23 octobre 2002:

Karcher l'homme aux pinceaux musicaux









Quand on se nomme Karcher et qu'en plus on oeuvre dans l'art difficile de la peinture, on se prédestine à subir la pression des mots. Mais Karcher de fait ni dans la mitraille colorée de grandes surfaces à décaper, ni dans la muraille illustrée. Bien au contraire.
Nous l'avons rencontré aux Marins d'eau douce où actuellement il expose et ce jusqu'au 7 novembre. Jacky, la voix ténébreuse sortie d'une broussaille de barbe, peint ses mots comme ses toiles: avec douceur et application méthodique. Ce cubiste en phase avec le jazz, phrase un langage bi-face. Ici, il propose des climats intimistes d'ambiance saxo. Charlie Parker, Cannonball, Johnny Griffin. Les couleurs racontent des moments où parlent les sentiments.
Là, le trait fend comme une cymbale la toile et le fait éclater en une véritable partition musicale, telle une mosaïque diatonique opposant en tons et demi-tons des camaïeus de bleu, ou des dégradés marron- jaune-brique. C'est du free jazz de chez Billy Higging, Coleman ou Coltrane. Nous nous promenons dans le structurel analytique de Braque, les imbrications à cryptages symboliques.
Jacky joue du pinceau depuis 25 ans. Il propose aux Marins d'eau douce une production de 93 à aujourd'hui en 25 tableaux. A voir, comme à entendre.

accueil